Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Toutes les actualités

Détail de l'actualité

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Ateliers Tech&Bio Grandes Cultures

Les ateliers TECH&BIO ont réuni 180 personnes le 18 octobre dernier à Chadrat dans le Puy-de-Dôme, chez Jean-Michel CELLIER COURTIL. Ces rendez-vous portés par les Chambres d’agriculture d’Auvergne-Rhône-Alpes étaient organisés en partenariat avec l’association Bio63 et Arvalis.

Conçus pour les producteurs de céréales, qu’ils soient en bio ou non, en grandes cultures ou en polyculture-élevage, ces ateliers Tech&Bio ont apporté une vision globale autour de la conduite des cultures en bio : des étapes de conversion aux stratégies de commercialisation en passant par les principes techniques et réglementaires.

«Les Chambres d’agriculture travaillent pour que demain chaque agriculteur puisse mieux vivre de son métier et qu’il soit moins dépendant des aléas climatiques et économiques. C’est important de créer du lien entre les différentes formes d’agriculture pour transférer des savoir-faire et apporter des réponses. Les agriculteurs bio montrent une voix qui permet de faire progresser l’agriculture du département et qui permet de rapprocher les paysans, les producteurs et les consommateurs.» a introduit Sébastien GARDETTE, président de la Chambre d’agriculture du Puy-de-Dôme.

Dans le Puy-de-Dôme on compte un peu plus de 400 fermes bio (5,3 % de la surface agricole totale) mais seuls une trentaine de producteurs sont en production dominante grandes cultures. «Pourtant, le territoire des Limagnes est particulièrement favorable à la production de grandes cultures biologiques d'un point de vue agronomique. De plus les enjeux environnementaux sont forts et les filières locales bio sont dynamiques et en attente de nouveaux producteurs.» a expliqué Dominique Ouvrard, président de Bio63.

La réussite technique passe par l’agronomie

En agriculture biologique, les produits sont cultivés sans engrais ni produit phytosanitaire de synthèse et sans OGM. La rotation, les associations de cultures, les moyens préventifs pour la maîtrise des adventices, la fertilisation des cultures sont donc autant de leviers indispensables à mettre en œuvre pour pérenniser son système. Différents matériels de désherbage mécanique étaient également présentés : herse étrille, rotoétrille, houe rotative et bineuse.

Conduire ses cultures en bio passe par une logique d’anticipation, d’observation pour intégrer le potentiel de son sol, et de gestion préventive pour minimiser les risques.

Une demande supérieure à l’offre

Que ce soit pour l’alimentation humaine, la meunerie ou l’alimentation animale, les débouchés sont multiples et les stratégies de commercialisation complémentaires : filières longues, circuits courts et vente directe, échanges avec des éleveurs...

Aujourd’hui en grandes cultures bio, la demande n’est pas satisfaite par l’offre, bien qu’on constate une augmentation des surfaces de conversion.
En Auvergne-Rhône-Alpes, 1/3 de la Surface Agricole Grandes Cultures Bio est en conversion.

Expérimenter, partager et échanger

Fil rouge de cette journée, les témoignages et les retours d’expériences des agriculteurs présents ont illustré chaque exposé et atelier terrain.

Jean-Michel CELLIER COURTIL qui accueillait ces ateliers Tech&Bio sur sa ferme est un pionnier du bio dans le Puy-de-Dôme. Il s’est installé sur la ferme de la Pereire avec son père en 1978. A l’époque la ferme est en agriculture conventionnelle et produit du lait valorisé en lait cru et des céréales. En 1984, le choix est fait de transformer l’atelier lait au profit d’un troupeau allaitant. En parallèle, la ferme passe progressivement en bio associé à la mention Nature et Progrès, dès 1989 pour l’atelier cultures, puis le troupeau bovin en 1994. Aujourd’hui, Jean-Michel et ses deux salariés produisent de la viande bovine Aubrac, des volailles, de la farine et une grande diversité de cultures. La commercialisation en vente directe et locale est privilégiée (caissette de viande bovine, poulet PAC, farine, huile, légumes secs). Une partie des cultures est également vendue en filière longue par exemple par le moulin Gribory pour le petit épeautre, ou encore Bioagri pour le tournesol…

La Chambre d’agriculture du Puy-de-Dôme et Bio63 remercient les partenaires et les producteurs présents qui ont contribué à la réussite de cet événement.
 

Contactez nos équipes pour plus d'information :
  • Pour toute demande d'accompagnement à la conversion et de suivi technique individuel en Bio, contactez l’équipe bio de la Chambre d’agriculture :
    04 73 44 45 52 - bio@remove-this.puy-de-dome.chambagri.fr 
  • Pour être invité aux actions menées par le groupe "Grandes Cultures Sans Phyto en Limagne", contactez Elodie de MONDENARD de Bio63 :
    04 73 44 45 28 - elodie.bio63@aurabio.org