Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Toutes les actualités >  #COVID19 | Les conséquences sur la filière bovin viande en Europe

#COVID19 | Les conséquences sur la filière bovin viande en Europe

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Zoom sur l'Irlande, le Royaume-Uni, la Pologne, les Pays-Bas, l'Allemagne et l'Italie.

Irlande et Royaume-Uni

Les cours des vaches dans le pays ont suivi leurs progression jusqu’en semaine 11, et sont tombés en semaine 12, notamment avec l’annonce de la fermeture de tous les MacDonalds des 2 pays.               
Comme en Pologne, la majorité de la viande part à l’export  en Restauration hors domicile (91% de la production pour l’Irlande !), tous les exports sont donc fortement limités avec le confinement et le Brexit pour le Royaume Uni. Le tout en plein pic de production et de pousse de l’herbe.

Pologne

La Pologne a connu dès le début du confinement une plongée de ses cours, aussi bien en vache qu’en JB. Le pays exporte près de 80% de sa production de viande, et les débouchés dans les autres pays européens sont très liés à la Restauration Hors Domicile. Ces débouchés étant fermés dans des pays très importateurs (l’Italie ou l’Espagne, mais aussi pays hors UE), les cours s’effondrent. Les abattages sont limités le plus possible dans le pays (39% en mois sur les JB et 43% sur les vaches), et beaucoup de viande est congelée ou stockée sur pied afin d’être revendue à la fin du confinement.

Allemagne et Pays-Bas

L’Allemagne subit une forte baisse de ses cours. Ses principales exportations de viande (laitière réformée) ont subi des pertes assez fortes, et la cotation continue de descendre lentement, faute de débouchés. Cette baisse a pour conséquence une baisse des abattages de près de -13% /2019 à la 16ème semaine.            
On note également un arrêt des ventes de certains JB vers l’Italie et l’Espagne, et la baisse des femelles découpées, notamment vers la France, qui elle aussi, a réduit ses importations de viande de réforme.

Aux Pays Bas, la filière des veaux de boucherie se porte au plus mal, avec plus de 80% de ses animaux à destination de la restauration hors domicile de l’Europe de l’ouest.

Italie

La plupart des abattoirs italiens continuent de tourner, avec de la main d’œuvre en moins. Les volumes abattus ont diminués, principalement sur les vaches de réforme, car la viande a du mal à s’écouler. Les steaks hachés sont préférés en frais et à base de viande de JB ou de génisse, contrairement à la France qui valorise les réformes par cette voie.    
On note une réorientation des achats vers les GMS, et une priorité à la viande d’origine italienne (donc une partie du broutard français !). La demande des JB et des génisses se maintient elle aussi. Par contre, l’Italie a fortement réduit ses importations de veaux et de vaches de réformes, très liées aux ventes en restauration hors domicile.

.