Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Toutes les actualités > #COVID19 | Les conséquences sur la filière laitière française

#COVID19 | Les conséquences sur la filière laitière française

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

En France, le confinement a entrainé une fermeture totale de la RHD et des marchés, ainsi qu’un basculement majoritaire des achats vers les Grandes et Moyennes Surfaces. Faute de main d’œuvre dans les supermarchés, la plupart des rayons traditionnels et à la coupe ont été fermés les premières semaines du confinement, et ré-ouvrent uniquement dans les structures en capacité de le faire. Les segments de supermarché sont aussi réorientés afin que le consommateur puisse aller rapidement dans les rayons, trouver le nécessaire et ressortir, les gammes sont donc plus ou moins simplifiées.

Sur le territoire national, la modification de la vente et de la consommation ont des impacts contrastés selon les laiteries. Toutes ont néanmoins remis le mode de fonctionnement en question, en travaillant sur le mix des produits et des débouchés proposés, ainsi que sur les moyens de transformation en poudre et en beurre.

  • Les petites laiteries spécialisées et/ou orientées RHD sont fortement pénalisées
  • Les opérateurs dans les laits conditionnés sont avantagés


Toutes les laiteries demandent aux livreurs de modérer les livraisons printanières avec plusieurs types de leviers :

  • une non-modification des prix et incitation uniquement verbale ;
  • modification des prix saisonniers avec une revalorisation du lait d’été ;
  • Pour les laits AOP, instauration de « quotas » de lait AOP, un pourcentage du lait collecté sur les fermes sera payé en lait conventionnel et non valorisé en fromage AOP ;
  • arrêts ou réduction des collectes encore non envisagées, mais menacent les petites laiteries spécialisées.
  • Du coté des transformateurs, certains privilégient leurs moyens de collecte en propre, entrainant des non-récupérations d’autres organes collecteurs : risque de non ramassage, surtout dans l’Est de la France.
Quelle est l’évolution du prix du lait ?

Pour l’année 2020, le premier trimestre a été évalué en hausse par rapport à l’année 2019 (+2%), avec 353€/1000l (chiffres : institut de l’élevage). A la suite du confinement, une baisse de 20 à 30€/1000l est attendue au 2ème trimestre. Cette baisse de prix vient en partie de la baisse du prix de la poudre et du beurre, qui joue sur une partie des volumes vendus en France.

Et la collecte ?

Dès les débuts du confinement, certaines laiteries et organismes de conseils ont appelés à modérer le pic de lactation du mois d’avril sur les troupeaux. Et dès début avril, nous avons pu assister à l’arrêt de la croissance de la collecte du lait en France, passant d’une croissance de 1,1% en Mars 2020 à -1% en semaine 16, malgré une pousse de l’herbe favorable dans certaines parties du pays.

Pourquoi les fromages AOP sont-ils les plus impactés par ces changements ?

Il y a plusieurs aspects qui viennent jouer sur les fromages AOP. D’abord, leurs voies de commercialisation ont été plus facilement interdites ou limitantes pour le consommateur (marché, vente à la ferme…) et les rayons à la coupe en supermarchés ont beaucoup été fermés, faute de main-d’œuvre. Les segments fromagers ont été réduits dans les allées, par facilité de logistique.  Ensuite, il y a la part du consommateur : depuis le début du confinement, il recherche beaucoup les fromages emballés, avec une perte de confiance dans les produits à la coupe.