Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Toutes les actualités > #COVID19 | Les conséquences sur les filières laitières dans le monde

#COVID19 | Les conséquences sur les filières laitières dans le monde

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Zoom sur l'Irlande, le Royaume-Uni, les Pays-Bas, l'Allemagne, la Chine et les Etats-Unis.

Irlande et Royaume-Uni

L’Irlande entre dans un gros pic de lactation. Si aucun arrêt de collecte n’a été réalisé sur le territoire, les transformateurs craignent une pénurie de main d’œuvre dans les organes de transformation, toujours saturés à cette période. La baisse de prix est estimée entre 20 à 40€/1000l.

Au Royaume-Uni, la situation est plus difficile, l’arrêt de la restauration hors domicile a entrainé de grosses pertes de volumes, entrainant des arrêts de colllectes.

Allemagne et Pays-Bas       

En Allemagne, on note un arrêt de la croissance de la collecte laitière, mais aucune incidence sur le prix du lait.
Seules quelques OP appellent à la réduction des volumes mais les gros transformateurs ne changent rien.

Aux Pays-Bas, la collecte n’est pas ralentie. Par contre, le prix garanti pour le mois d’avril baisse de 12/1000l en raisons des incertitudes des prochaines semaines.

Etats-Unis

Le pays a subi la crise du Covid19 dans un contexte d’augmentation du cheptel laitier. La Restauration Hors Domicile, très importante là-bas (elle permet d’écouler près de 45% des volumes de fromage !) est quasiment à l’arrêt, et les niveaux d’achats des ménages n’augmentent pas de manière drastique. Le pays est également confronté à des problèmes logistiques pour la collecte et la transformation, ainsi qu’à une baisse de ses exportations.
Résultat, 4 semaines après le début du confinement de certains états, on évalue entre 10 000 à 14 000 tonnes le lait jeté par jour.

Chine

Le secteur laitier est en plein essor en Chine, notamment grâce à un prix avant crise très attractif. Malgré ça, le pays n’est pas autonome et importe encore beaucoup. Le confinement massif n’a pas joué sur la production, mais la consommation a diminué, entrainant des réductions massives d’import de poudre de lait (alors que des niveaux records étaient atteints en 2019…) jouant encore plus sur la baisse du prix de la poudre de lait au niveau mondial, et par jeu de domino, le prix total du lait payé.