Vous êtes ici : Accueil > Elevage > Agriculture biologique

Info pâture bio bovins lait

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Rendez-vous pâture du 14 juin 2019

Mi juin ... 3 passages réalisés à ce jour dans toutes les parcelles pâturées et ouverture des regains.

Les vaches pâturent les repousses de foin précoce.

La parcelle a été fanée le 20 mai (séchage en grange) et ouverte à la pâture 21 jours plus tard à 11 cm de hauteur d’herbe.

«La qualité est donc excellente. Et l’objectif sera toujours d’exploiter des repousses de moins de 35 jours» nous indique Jean Zapata.

Nos éleveurs, René et Anthony, ont préféré sortir du cycle de pâturage une parcelle sur laquelle les vaches sont passées 3 fois. Ce sera l’occasion de couper les refus des cycles précédents et de retrouver une repousse feuillue de qualité.

 

Cette parcelle « A côté valette » est donc débrayée : 13 cm de hauteur d’herbe relevé ce matin.
Les vaches en sont sorties le 18 mai et elle sera récoltée lors de la prochaine fenêtre météo favorable.

«Le chargement est soutenu à 27 ares/vache, et seulement 10 jours d’avance sur pieds peuvent être insuffisants (on vise plutôt 15-18 jours d’avance à cette période). Heureusement il a plu et la proximité de surfaces destinées à la récolte constitue un volant de sécurité à condition de les faucher rapidement pour avoir de l’herbe pâturable dans 3 semaines, début juillet

 

Rendez-vous pâture du 17 mai 2019

Ca y est c’est parti ! Avec des croissances de 45 kg MS/ha/j ces derniers jours, les surfaces de pâture ont été resserrées !

Ou plutôt le chargement instantané a été augmenté puisqu’il y a eu des vêlages et 6 génisses à saillir (éloignées sur d’autres parcelles quand l’herbe était rare) ont réintégré le troupeau des laitières (pratique régulière au Gaec Paulet Moranne quelque soit la saison).

On est donc à 25 ares par vaches avec une herbe au bon stade (photo ci après hauteur d'herbe à 11 cm) et ici une bonne composition floristique.


Mais toutes les parcelles ne se valent pas !

Les vaches sont sorties hier de cette parcelle à une hauteur moyenne de 6,3 cm.

Elles ont terminé leur 2e passage. Et c’est une bonne chose sur ce type de parcelle humide avec  vulpins et zone de joncs où il est nécessaire de passer souvent pour garder de l’appétence et de la valeur alimentaire et limiter l’extension des joncs.

En 2018 sur cette même parcelle, seulement  2,2 T de matière sèche avaient été valorisées /ha.

A ce rythme en 2019, on devrait mieux tirer partie de cette parcelle. Et c’est bien l’objectif d’un suivi de pâturage

Il est temps de revenir pour la 3ème fois sur « l’étang dédé ».

20 jours de repousse sur cette parcelle fertile pâturée fin avril pour la deuxième fois et qui ne se récolte pas.

On n’a pas le choix… mais les vaches risquent de bouder un peu certaines zones si on attend plus !

Cette année avec l’arrivée du robot, la conduite du pâturage a été repensée.
Deux périodes : le matin de 8h30 à 12h30 et en fin d’après-midi de 18h à 21h30, avec à l’auge 1 à 2 kg de foin et 2,5 kg de concentré (soit 100 g/litre) en ce moment.

Nos éleveurs, René et Anthony attachent beaucoup d’importance à la qualité du lait et recherchent des taux élevés et constants pour assurer la qualité des yaourts La Tourette.

Et dès le retour du beau temps, chantier foin en séchage en grange sur les surfaces déprimées par les laitières.

Rendez-vous pâture du 26 avril 2019

On compte 48 mm de pluie depuis notre précédent INFO Pâture du 5 avril et l’herbe est en pleine pousse pour ce démarrage de deuxième passage des vaches.

Les hauteurs d’herbe relevées par Jean ZAPATA indiquent 14 cm dans certaines parcelles de fond plus humides à dominante vulpin et fétuque.

"La priorité est bien de faire consommer en premier lieu ces parcelles avec une flore peu souple d’exploitation et non récoltable"

En ce moment les vaches sont sur une parcelle à 9 cm : idéal !

Il est temps de reserrer les surfaces à 35 ares/vache en gardant les parcelles récoltables pour la constitution de stock…

 

500° et pleine floraison des pissenlits : le repère pour passer au plein pâturage (jour et nuit), arrêter la distribution de fourrages conservés et diminuer le concentré.

L'outil indispensable : le plannig d'exploitation des surfaces :

58 ares/vache depuis la mise à l’herbe : 55 jours de pâture l’après-midi avec forte complémentation en bâtiment…

Rendez-vous pâture du 05 avril 2019

Les vaches laitières sont à l'herbe les après-midi depuis début mars.

Vaches motivées pour se dégourdir les pattes, sols portants, pointe de l'herbe profitable à la production de lait
>>> toutes les conditions étaient réunies pour faire sortir les animaux et économiser du foin...

Jean ZAPATA, conseiller fourrages à l'EDE, montre une sortie de parcelle avec son herbomètre "Attention, pas plus ras !"


A ce jour, un tour réalisé sur 23,4 ha mis à disposition pour 42 vaches soit 56 ares par vache. Nos éleveurs se sont adaptés…et ont fait déprimer des parcelles destinées habituellement à la récolte.
13 parcelles sont en pâturage avec fil avant pour limiter l’avancement et surtout fil arrière pour éviter le surpâturage !

"La mise à l'herbe a fait gagner du lait" explique Jean ZAPATA.

Faute d’herbe en quantité suffisante, la ration hivernale a été maintenue et la transition alimentaire s’est déroulée sur plus d’un mois. Pour s’adapter au mieux à la pousse de l’herbe compléter à l’auge avec du fourrage et ceci après avoir pâturé.

L'allée pour accéder aux parcelles est délimitée afin de limiter les dégradations par les pieds des vaches...

 

Les gelées vont bien s’arrêter et il va bien finir par pleuvoir !

Soyez prêts à resserrer les surfaces consacrées au pâturage en gardant les parcelles récoltables pour la fin de cycle (parcelle tampon) 
Le GAEC Paulet Moranne
A Chaméane
820 m d'altitude, zone granitique
Ferme suivie en Info Prairie et Bio références
Vaches laitières bio
135 ha dont 16 ha de cultures autoconsommées
100 UGB, 370 000 L de lait
Quelques boeufs laitiers
 

L'Info pâture est réalisée par les conseillers bio et fourrages de la Chambre d'agriculture et de l'EDE et bénéficie du soutien financier de la Région Auvergne-Rhône-Alpes.